Dailies

Sunday draft

Alleeeeeez, c’est dimanche, et j’ai envie de renouer avec les billets en vrac !

Grâce à Adélaïde et Lisa, les deux adorables créatrices d’Adeli Paris, j’ai enfin réussi à apprivoiser le headband !


Il a suffit de quelques bons conseils d’une coiffeuse aux doigts d’or pour que je comprenne que non, mon volume n’est pas du tout une contrainte pour ce genre de coiffure, et qu’il suffit de ne pas faire n’importe quoi. J’ai tout bien mémorisé: ne pas contrarier la matière (dis comme ça, ça a l’air un peu ésotérique, mais c’est vraiment ça), privilégier la symétrie parce que ça me va bien, et sculpter la masse avec les doigts, voilà, c’est bon, je suis PA-RÉE !

Vite, la suite !

27 comments
Dailies

A new life story

Delfonics
Une nouvelle histoire, c’est ce que promet cet agenda pour 2012. Plutôt joli non ? Même si au final, il s’agit de noter ses rendez-vous et de s’organiser au mieux, je trouve l’approche bien plus inspirante.

Voilà, 2011 s’en va, et j’accueille 2012 avec beaucoup d’espoir et un peu d’appréhension. 2011 a été l’année du changement, du grand saut vers l’inconnu, et 2012 devrait, si tout va bien, être celle de la concrétisation. Pas mal de choses en suspends donc, encore du boulot et des échéances importantes, bref, je dois être organisée !

Heureusement qu’un tweet de Séverine a rappelé à mon bon souvenir Delfonics, cette boutique de papeterie japonaise ouverte il y a peu au Carousel du Louvre (j’étais d’ailleurs invitée à l’inauguration et j’ai oublié de répondre. Organisée, pour 2012, donc ? Je me le souhaite)

J’ai fait le plein de remèdes miracles, agenda, crayons et formules magiques pour tenir bon. Mais je devrai désormais me tenir éloignée quelques temps de ce lieu de perdition… Tout y est très joli, pas hors de prix, mais pas particulièrement bon marché non plus (on va dire qu’il s’agit de petits plaisirs à consommer avec modération)
Vite, la suite !

29 comments
Dailies

Run baby run

IMG_0788.jpg

Courir a toujours été l’un de mes grands fantasmes. J’aime vraiment l’idée de la course à pied, le dépassement de soi (comme dans tous les sports me direz vous), cette liberté aussi de pouvoir courir n’importe où, n’importe quand, sans souci d’abonnement, de séance, de prof pas sympa ou de métro à prendre.

Oui mais voilà, je ne suis ni sportive, ni endurante, et mes quelques essais de running se sont systématiquement soldés par des echecs cuisants. Pourtant, je le sais, c’est à la portée de tout le monde, il suffit d’y aller progressivement et de perséverer, mais non, rien n’y fait. Dès la première minute je crache mes poumons, je fais n’importe quoi, je regarde ma montre toutes les 10 secondes pour savoir quand j’ai le droit de marcher, ça ne passe pas assez vite, je n’arrive pas à me concentrer… et puis, bêtement, j’ai toujours eu un peu honte de croiser les joggers frais et alertes alors que je suis rouge, en sueur, au bord de l’étouffement et « juste » en train de marcher… une fois sur deux, je raccourcis l’étape marche par fierté (n’importe quoi on disait). Et donc, immanquablement, j’abandonne, complètement à bout de souffle et pas très fière de moi, ce qui me motive moyen pour la séance suivante, bizarrement.

IMG_0789.jpg

Bref, cette lubie de la course m’a repris il y a quelques temps – par besoin et envie de me remettre au sport – et je me suis de nouveau lancée ce matin. Et vous savez quoi ? J’ai réussi mon entrainement !

Vite, la suite !

59 comments
Dailies

Interlude


Parce que je sens que si je n’écris pas un petit billet de rien du tout, sans intention et sans prétention, j’aurai du mal à me remettre dans le bain, voici donc un petit billet de rien du tout, sans intention ni prétention.

Depuis plusieurs semaines, ma vie professionnelle a pas mal changé, et change encore, et je m’y consacre très fort, d’où mon absence par ici. Disons que j’essayais d’évoluer depuis quelque temps, et que ma bonne étoile s’est comme qui dirait réveillée d’un coup d’un seul, et a rameuté toutes ses copines, genre. Du coup, j’ai un peu l’impression étrange d’avoir vécu 1000 vies durant ces 3 tout petits derniers mois.

Oh là là, je suis super rouillée du clavier, j’espère que c’est comme le vélo et que ça ne s’oublie pas hein ?
Notez-vous l’habile transition avec la photo ci-dessus ? TOUT N’EST PAS PERDU
Parce que j’aimerais bien vous raconter tout ce qu’il m’est arrivé tout de même…

Mais chaque chose en son temps. D’abord, reprendre un peu ses marques.

Je vous mets quand même 2-3 photos histoire que vous en ayez -un peu- pour votre argent. Tout vient d’Instagram et des 15 jours passés en Bretonnie début septembre. C’était chouette, et j’ai tout plein mangé. La base de bonnes vacances.
Vite, la suite !

54 comments
Dailies

Post en vrac

Lone(ly) Wolf
Crédit photo: fatheed

Parce que ça faisait longtemps !

Souvent, lorsque je délaisse mon blog, c’est par manque d’envie ou d’inspiration… en ce moment c’est bel et bien par manque de temps. Voilà ce que c’est aussi, de m’être éloignée au fil du temps du format blog / journal où je racontais des bribes de vie. Aujourd’hui, j’ai beaucoup de mal à parler spontanément de ce qui me passe par la tête, j’ai comme l’impression que ça n’intéresserait pas grand monde… c’est vrai quoi, maintenant les gens veulent de l’image, du sensationnel… de l’action !
DU SEXE !!!
Non ?

Mais peu importe, j’avais besoin d’une petite bulle de respiration entre les billets Menu de Cannes qui sont en train de devenir le fil rouge du blog… pour ma défense, ça occupe vraiment mes pensées quasi à plein temps, et j’y mets beaucoup d’énergie. J’ai d’ailleurs pas mal chiné pour le prochain défi ambiance années 50, j’ai hâte de vous montrer mes trouvailles ! Mais je ne suis pas là pour vous parler de ça, non, non, alors à part ça quoi de neuf ?

Ben oui, quoi de neuf ?

43 comments
Dailies

I love my hair


Comme je l’évoquais déjà ici mes cheveux et moi, c’est toute une histoire. Si les problèmes capillaires sont assez universels (pour les filles en particulier), je pense pouvoir dire sans trop m’avancer que pour les filles / femmes aux cheveux crépus, on en est plutôt au stade de la croisade. Le fait qu’un film leur ait été entièrement dédié – Good Hair, que je n’ai pas encore eu la chance de voir – n’est pas qu’une simple fantaisie: le problème des cheveux afros, de la façon dont ils sont perçus et acceptés dans notre société dépasse pour moi la sphère capillaire. Pour ceux qui en douteraient, je vous invite à lire cet article du NY Times qui rappelle entre autres certaines remarques dont a été victime l’une des filles Obama sur ses cheveux (oui, oui, vous avez bien lu). Comme quoi, il y a encore beaucoup de chemin à faire.

Alors je ne vais pas refaire le monde ici, mais je voulais juste partager avec vous cette jolie vidéo de Sesame street. I love my hair, c’est un peu l’hymne que toutes les petites filles aux cheveux crépus devraient voir / entendre, et même les plus grandes d’ailleurs. Il se dégage une telle bonne humeur de cette petite marionnette que je ne vois pas comment on ne pourrait pas être convaincue d’avoir les cheveux les plus chouettes de la terre, et de ne plus en avoir honte comme ça arrive encore trop souvent.
Merci à Sesame Street pour cette toute petite vidéo tellement importante !


I wear it up, I wear it down
I wear it twisted all around
I wear braids and pigtails too
I love all the things my hair can do
I love it and I had to share
I want to make the world aware
I love my hair

60 comments